Contact

Pour s'inscrire à un atelier, des questions, demande de services, collaboration ou juste pour nous dire salut, n'hésitez pas à nous écrire via le formulaire ci-contre !

 

Don't hesitate to contact us for any questions, comments, requests or just to say hi with the form below !

Nom *
Nom

Explorations textiles et transformations naturelles

Journal

Teinture solaire : Haricots Noirs

bleu poussière

  Résultats du bleu obtenus par la teinture aux haricots noirs sur de l'alpaga et bébé alpaga

Résultats du bleu obtenus par la teinture aux haricots noirs sur de l'alpaga et bébé alpaga

        Laine vierge avant d'être teinte à la main

      Laine vierge avant d'être teinte à la main

Il existe une myriade de processus variés pour teindre de la laine à la main de façon artisanale. Pour débuter mes explorations j'ai choisi la méthode POD (photo-oxydation dye, dye = teinture), soit un bain solaire qui emploie l'énergie du Soleil pour faire une décoction du pigment présent dans les haricots noirs au lieu de plonger la fibre dans un bain d'eau bouillante. L'oxydation au Soleil améliore la fixation du pigment sur la fibre et assure une meilleur tenacité des couleurs face à l'exposition au soleil et les lavages. Cette idée m'a plu puisque que peu d'interventions sont requises afin d'obtenir des résultats satisfaisants et c'est un processus très similaire aux teintures médicinales en herboristerie. Il m'est naturellement venu la tentation de commencer par expérimenter avec le bleu qui peut être obtenu des haricots noirs, ma couleur préférée.

Voici les détails de mon expérimentation personelle * :

Durée du procesus : 4 jours (prévoyez donc suffisamment de jours d'ensoleillement)

 

Matériel

- 2x 20 gr. de fibres protéinées

- 500 gr. d'haricots noirs

- Poudre d'alun

- Crème de tartre

- Papier Litmus (pH)

- 1 bocal en verre de 2L avec couvercle

- 1,5L d'eau

- Une passoire ou du coton fromage

- Bols en inox

- Objets en cuivre (pièces de monnaie, clous rouillés, laine à récurer, etc.)

 

Pour teindre avec des haricots noirs il est préférable d'utiliser des fibres de nature protéinées, c'est à dire de source animale (mouton, alpaca, angora, etc.). Les laines de nature végétales comme le coton et le lin sont faites de fibres de cellulose qui requièrent un processus de préparation différent. Pour mon expérience j'ai utilisé des minis écheveaux d'alpaga et bébé alpaga de 20 grammes chacun.

Il faut utiliser les haricots noirs secs en sac et non ceux qui baignent déjà dans l'eau en conserve. D'ailleurs l'eau que vous utiliserez peut visiblement affecter le résultat des nuances obtenues. Les eaux municipales contiennent divers agents chimiques incluant des métaux dont la chimie modifie les couleurs du bain de teinture. De plus d'une ville à une autre cette concentration de métaux dans l'eau peut varier et ainsi changer les résultat d'une recette identique. Vous pouvez également tester le pH de votre eau pour s'assurer de son alcalinité. Pour ma part j'ai utilisé l'eau du robinet de mon appartement à Montréal dont le pH est plutôt neutre.

Notez aussi que le matériel utilisé devrait être dédié exclusivement à la teinture et aucun instrument ne devrait être réutilisé dans la cuisine. Des cuillères à mesurer ainsi qu'une balance de cuisine pourraient s'avérer utiles pour mesurer les quantités. Il est possible de plonger une laine à récurer en cuivre dans le bain solaire pour faire ressortir le bleu du pigment. Puisque je n'en ai trouvé nul part (je ne trouve que celles en acier) et que le Gouvernement du Canada a retiré les sous noirs du marché depuis 2013, j'ai utilisé des pièces de 0.5 et 0.10 cents qui contiennent maintenant un pourcentage de cuivre plus élevé que de nickel.

 

Mordançage

Le mordançage s'agit du procédé qui emploie pour la plupart du temps des sels métalliques qui créent un pont chimique entre les pigments et la fibre qui naturellement ne peuvent se mêler ensemble. Ce processus permet donc à la couleur de pénétrer la laine en profondeur et assure ainsi une meilleure tenue du pigment sur la fibre. 

Il existe autant de façons de mordançer des fibres que de les teindre. On peut le faire avant le bain de teinture, pendant et parfois après. Les ratios varient d'un teinturier à l'autre et il faut donc effectuer ses propres expérimentations pour arriver à une recette avec laquelle on est comfortable. Pour l'expérimentation actuelle j'ai effectuer un pré-mordançage à l'alun.

 

L'Alun de Potassium

Cité par Pline l'Ancien et connu des Égyptiens, l'alun est le plus neutre et commun des mordants de teinture. Il s'agit d'un sel métallique alcalin autrefois présent sous forme de cristaux au Maroc et en Syrie. Connu pour ses propriétés hémostatiques et astringentes, l'alun est utilisé dans les eaux municipales et pour traiter le cuir et les coupures mineures puisqu'il favorise la coagulation des protéines. De nos jours l'alun est dérivé de la bauxite et est synthétisé en laboratoire sous l'apellation chimique sulfate d'aluminium et de potassium. L'aluminum présent dans l'alun est réputé inerte et sa concentration en métal est donc assez minime, soit environ 55 ppm (parts par million) dans un bain de teinture. Il faut toutefois être au courant des dangers de l'alun qui sont pour la personne qui teint et non pour la personne qui utilise la fibre par la suite. Lorsque dissout dans l'eau bouillante, l'alun se transforme en acide sulfurique dont les émanations sont légèrement corrosives. Les conséquences de cette exposition se manifestent à long terme pour le teinturier prolifique par une irritation de la peau, des yeux, et du système respiratoire. Assurez-vous donc de toujours porter un masque, des gants et si possible des lunettes de sécurité lorsque vous manipuler cette substance. Mais il ne faut pas partir en peur, l'alun est présent dans les eaux municipales afin de filtrer les déchets et représente techniquement très peu de dangers graves. Plusieurs débats intéressants ont lieu sur les mordants et leur impact sur l'environnement ainsi que les teintures naturelles versus les teintures acides. C'est une discussion dont je compte bien vous partager mon point de vue dans un billet futur.

 

Ma recette :

J'ai d'abord laver ma laine à l'eau tiède avec un savon à laine doux. J'ai ensuite mordançer ma laine à froid dans un chaudron en inox rempli d'eau tiède. On peut mordançer à l'eau bouillante mais pour mon bain solaire j'ai décidé de mordançer à froid pour éviter de trop grands changements de température sur la fibre qui risqueraient peut-être de la feutrer et me sauvant ainsi une bonne heure dans le processus. J'ai mis comme part de mordant 10% du poids total de ma fibre, soit 4 gr. et j'ai ensuite ajouté 2 gr. de crème de tartre. J'ai laissé reposer 15 minutes et j'ai ensuite immersé mes écheveaux directement dans le bain de teinture.

 

Bain de Teinture

Voici la recette du bain issu de mon expérimentation personelle. J'insiste sur le fait qu'il faut trouver sa recette gagnante à coup d'essais et erreurs parmis les nombreuses façons de faire possibles.

1. Dans un bol en inox ou une casserole, laissez les haricots tremper dans l'eau pendant 24 à 48 heures. Dans mon cas j'ai laissé reposer exactement 43 heures consécutives.

2. Une fois le temps écoulé, égoutter cette eau dans votre bocal de 2L. Vous pouvez aussi vous servir d'un coton fromage pour extraire un maximum de pigment des haricots.

3. Tester le pH de votre eau. Si vous trouvez que votre solution n'est pas assez alcaline vous pouvez ajouter une pincée de bicarbonate de soude pour rééquillibrer votre bain. Mon eau se situait à un pH de 11 ce qui est assez alcalin pour la solution désirée.

4. Ajouter ensuite vos objets en cuivre puis vos fibres en écheveaux au bain de teinture.

5. Laisser le bain de teinture exposé au Soleil en s'assurant de déplaçer votre bocal au besoin selon le mouvement de la lumière dans la journée. Il est préférable de débuter son bain solaire avant 10AM afin de profiter d'un maximum d'heures d'ensoleillement pour extraire la teinture. J'ai laissé mon bain au soleil pendant 48 heures consécutives.

6. Retirer vos écheveaux du bocal et rinçer les à l'eau tiède avec un savon à laine jusqu'à ce que l'eau soit claire. Laisser sécher au soleil ; la photo-oxydation qui s'en suivra permettra à la couleur de se fixer définitivement. J'ai laissé sécher au Soleil environ 24 heures.

 

 

Impressions générales

 

  • J'espérais évidemment obtenir comme résultat du bleu mais lequel je n'en avais aucune idée. En regardant le bocal dans lequel baignait les écheveaux j'ai cru que j'allais obtenir du bleu foncé voire violacé et pourtant je fus trompée ! Lors du séchage au soleil (la photo-oxydation) le pigment s'est changé en un bleu poussière comme je les aime tendant un peu vers le lavande. C'est tellement drôle car le seul projet sur mes aiguilles en ce moment est presque la même couleur, c'est une de mes teinte de bleu préférée et je n'aurais pu espérer de meilleur résultat pour une première tentative ! 

 

  • L'alun ça sent le métal mais c'est léger. Ça sent la même chose que mon homme lorsqu'il revient de souder et il me confirme que nos expérimentations colorées sont des peanuts à côté de son exposition aux métaux dans le cadre de son travail.

 

  • L'alchimie des pigments naturels c'est franchement fascinant. Je suis amateure de minéralogie et dernièrement je suis captivée par le rapport entre le métal conducteur d’énergie qu’est le cuivre, l’oxydation crée par le Soleil et la couleur bleue. Il y a quelque chose dans cette danse des éléments qui me fait tellement plaisir d'en être témoin. 

 

     Une roche sur le Mont Royal, Montréal, QC

   Une roche sur le Mont Royal, Montréal, QC

                  Le bleu acheté en boutique

                Le bleu acheté en boutique


* Veuillez noter qu'il est primordial d'effectuer vos propres recherches avant de vous lançer dans la teinture artisanale. Les mordants sont des agents chimiques qui peuvent être nocifs pour les êtres vivants si utilisés sans précautions. Cet article est à titre de partage d'expérimentation seulement et devrait absolument être accompagné de la recherche personnelle appropriée du lecteur qui voudrait en faire l'expérimentation.